Archives pour la catégorie Evolution des normes

Les avantages économiques d’un chauffage à granulés

By Evolution des normes

La chaudière à granulés compte de plus en plus d’adeptes chez les particuliers. Elle est parfaitement adaptée aux logements ne disposant pas d’un raccordement au gaz naturel ou à l’électricité, pour la production et le chauffage d’eau chaude sanitaire. Elle présente de nombreux avantages parmi lesquels le rendement, de bonnes performances, le coût du combustible, l’esthétique…

Pour plus de renseignements, n’hésitez surtout pas à vous rapprocher d’un professionnel comme Topchaleur.

Économie et écologie

Si vous êtes à la recherche d’un équipement pour vous chauffer de façon économique et écologique, la chaudière à granulés de bois (ou à pellets) est l’appareil idéal. Elle se présente notamment comme une intéressante alternative aux bûches et au fioul, en particulier lorsque le logement ne dispose pas d’un raccordement au gaz naturel.

Les pellets sont des combustibles provenant de la récupération de sciures ou de copeaux de bois (ils sont donc plus écologiques que l’électricité). En ce qui concerne les performances, ils ont un meilleur rendement que les bûches.

En résumé, ce type de chauffage offre donc un excellent compromis entre confort, performances et impact environnemental.

Coût d’utilisation

Les pellets sont des combustibles peu onéreux. Bien que leur prix au kWh soit sensiblement égal à celui du gaz naturel, ils présentent l’avantage majeur de ne pas nécessiter un abonnement mensuel ou annuel (tout le contraire de l’électricité et du gaz).

Lorsqu’ils sont stockés dans un silo et automatiquement acheminés jusqu’à l’équipement, il est conseillé d’opter pour une livraison annuelle de centaines de kilos de combustibles ; dans le cas où la chaudière est rechargeable manuellement, l’achat de sacs de combustibles est à privilégier.

Quoi qu’il en soit, le mode d’alimentation nécessitant l’installation d’un silo est le plus pratique, car le rechargement de la chaudière se fait de façon annuelle. Ainsi, l’appareil fonctionne en toute autonomie durant la période de chauffe.

Performances

Grâce à l’importante densité énergétique des pellets, la chaudière peut atteindre des rendements énergétiques de l’ordre de 85 %. Pour ceux qui souhaitent améliorer les performances de leur équipement, il leur est conseillé de l’associer à un appareil de régulation (domotique, robinet thermostatique, programmateur, thermostat,…).

De par le fait que le thermostat garantit une meilleure maîtrise de la consommation énergétique, toutes les chaudières de dernière génération en sont désormais équipées. De plus, il permet de réaliser de bonnes économies et son prix est peu élevé (il est possible d’en acheter un chez TopChaleur).

Aides et subventions

La rentabilité de la chaudière est meilleure dans les habitations de grande taille (en effet, cet équipement représente un investissement intéressant sur le long terme). De plus, elle offre la possibilité aux particuliers de bénéficier de plusieurs aides financières : les aides de l’Anah, l’éco-prêt à taux zéro (éco-PTZ), la TVA au taux réduit de 5,5 %, la Prime Énergie et le Crédit d’Impôt pour la Transition Énergétique (CITE).

Il est important de préciser que seuls la Prime Énergie et le CITE sont cumulables (ces 2 aides sont d’ailleurs celles qui permettent de réduire de façon considérable le montant des travaux). Une fois que vous aurez acheté votre appareil, pensez à contacter un professionnel pour procéder à son installation.

Lire et comprendre les indices de protection

By Evolution des normes

 

Qu’est ce qu’un indice de protection ?

Les indices de protection sont un standard international établi en 1989 par la Commission électrotechnique internationale, et repris par la norme européenne EN 605293. Ces indices de protection indiquent le degré de protection d’un appareillage électrique contre  :

 

  • la pénétration de corps solides étrangers ou eau
  • les impacts mécaniques
  • les contacts avec des personnes physiques

Un indice de protection est toujours composé de deux lettres (IP ou IK, selon le type de corps ou matériel sur lequel porte la protection) et deux chiffres indiquant le degré de protection (il arrive qu’un des deux chiffres ne soit pas précisé, il est alors remplacé par la lettre X). L’indice de protection va déterminer sur un disjoncteur Legrand ou interrupteur différentiel si il est dangereux de travailler sous tension dans un tableau électrique par exemple.

 

 

Indice de protection ( IP ) 

L’indice IP détermine le degré de protection d’un appareil contre la pénétration des corps solides (1er chiffre) et liquides (2ème chiffre). Ces chiffres doivent toujours être lus séparément. Le tableau électrique Hager est identifié par un indice de protection.

 

Solides Liquides
0 Aucune protection Aucune protection
1 Protection contre des objets supérieurs à 50 mm de diamètre Protection contre les chutes d’eau verticales
2 Protection contre des objets supérieurs à 12 mm de diamètre Protection contre les chutes d’eau à un angle de 15° par rapport à une verticale
3 Protection contre des objets supérieurs à 2,5 mm de diamètre Protection contre les chutes d’eau à un angle de 60° par rapport à une verticale
4 Protection contre des objets supérieurs à 1 mm de diamètre Protection contre les projections d’eau sur 360 °
5 Protection contre les poussières Protection contre les projections d’eau de toutes directions à la lance
6 Protection contre de l’eau dite « en paquet »
7 Protection contre l’immersion temporaire
8 Protection contre l’immersion longue durée

Lettre additionnelle ( en option )

Une lettre peut être ajoutée à la suite du degré de protection, représentant le degré de protection par rapport à un contact humain direct ou indirect (doigt, main, outil)

 

 

A Protection contre l’accès du dos de la main
B Protection contre l’accès du doigt
C Protection contre l’accès d’un outil de 2,5 mm
D Protection contre l’accès d’un outil de 1 mm

 

Degrés de protection contre les chocs (IK)

L’indice IK détermine le degré de protection d’un appareil contre les chocs d’origine mécanique. Le chiffre du degré de protection représente une valeur de l’énergie de l’impact, qui est mesurée en joules. L’indice de protection IK varie néanmoins en fonction du lieu où l’appareil est placé.

 

 

Energie d’impact  (en joules) Équivalent d’impact
00 Aucune protection
01 0,15 Chute d’un poids de 150g à une hauteur de 10 cm
02 0,2 Chute d’un poids de 200g à une hauteur de 10 cm
03 0,35 Chute d’un poids de 250g à une hauteur de 15 cm
04 0,5 Chute d’un poids de 250g à une hauteur de 20 cm
05 0,7 Chute d’un poids de 350g à une hauteur de 20 cm
06 1 Chute d’un poids de 250g à une hauteur de 40 cm
07 2 Chute d’un poids de 500g à une hauteur de 40 cm
08 5 Chute d’un poids de 1 250 g à une hauteur de 40 cm
09 10 Chute d’un poids de 2 500 g à une hauteur de 40 cm
10 20 Chute d’un poids de 5 000 g à une hauteur de 40 cm

 

Comment choisir son tableau électrique ?

By Evolution des normes

 

Le tableau électrique est l’élément essentiel pour assurer la distribution de l’énergie dans votre habitat. Le choix du coffret électrique est important pour sécuriser l’installation et suivre les recommandations de la norme NF C 15-100 et prévoir le nécessaire de disponibilité en cas d’agrandissement ou de besoin d’ajouter des éléments modulaires.

  1. Bien connaitre ses besoins

 

Le tableau électrique est indispensable dans une installation électrique pour la maison et doit être choisi avec justesse pour optimiser et ordonner le matériel électrique modulaire. Il doit assurer une flexibilité en cas de besoin d’ajout d’élément dans le tableau.

Le tableau électrique doit être installé dans un endroit sec sans poussières humides ou éléments très conducteurs.

La première caractéristique à prendre en compte est la largeur de votre Gaine Technique de Logement (GTL) qui regroupe en un seul endroit les arrivées et tous les départs du réseau de puissance. Votre tableau électrique doit s’adapter sur la GTL, il existe une largeur 250 mm pour le tableau électrique 13 modules ou une largeur 355 mm pour un tableau 18 modules. Le deuxième critère concerne le nombre de rangées dans votre tableau electrique hager à prendre pour la mise en œuvre. Le tableau électrique pour l’habitation a un maximum de 4 rangées possible. Le nombre d’interrupteur différentiel est équivalent au nombre de rangées dans votre tableau électrique. Le nombre de disjoncteur legrand se détermine en fonction de la superficie de votre logement, exemple deux rangées pour un 35m², tableau électrique Legrand 3 rangées pour une maison jusque 100 m², au-delà il est préférable de choisir un 4 rangées. Afin de sécuriser votre installation électrique et la proximité du tableau électrique domestique vous pouvez ajouter une porte transparente ou opaque sur votre coffret.

Le disjoncteur principal et le compteur électronique LINKY sont à installer au-dessus du tableau électrique à l’aide d’un panneau de contrôle.

 

  1. Respectez la norme NF C 15-100 lors de votre installation

 

La norme NF C 15-100 est la ligne de conduite à suivre pour assurer une protection et une sécurité totale sur votre tableau électrique. La décision du nombre de rangée se fait en fonction de la superficie du logement comme indiqué précédemment et surtout en fonction du nombre de disjoncteur et autre équipement modulaire à mettre en place. La norme indique certaine chose à respecter en termes de protection. Le tableau électrique doit être équipé d’au moins un interrupteur différentiel par rangée pour protéger tous les circuits électriques de l’installation, 25A pour un moins de 35 m² et deux 40A pour moins de 100m², trois 40A pour le reste. Chaque installation doit avoir un interrupteur différentiel 40A de type A pour protéger le circuit de la plaque de cuisson ou cuisinière et lave-linge.

La lecture de la norme NF C 15-100 indique l’équipement minimal à avoir concernant votre installation électrique. Par exemple dans votre salon vous devez avoir 1 point d’éclairage, 5 prise de courant 2P+T, 1 prise RJ45 pour la connexion internet et 1 prise TV. Ces indications vont faciliter le calcul du nombre de disjoncteur à installer dans le tableau électrique. La protection des circuits de prises de courant se fait par disjoncteurs 16A ou 20A en fonction de la section utilisée pour le fil électrique.

 

  1. Gagnez du temps lors de l’installation

 

Les plus grandes marque de matériel électrique sont en permanence dans la recherche de gain de temps pour l’installation de leurs tableaux électriques. Le matériel électrique Hager dispose d’un système de fixation quickfix qui facilite et garantit un confort lors de l’installation et la fixation entre le tableau électrique le coffret de communication et la goulotte. En ce qui concerne le câblage de votre tableau électrique legrand le peigne d’alimentation vous permet de gagner du temps et de la place dans votre coffret électrique, pour identifier le circuit électrique que le disjoncteur protège il est recommandé de se servir des porte-étiquettes pour une identification rapide du circuit. Il est préférable donc de choisir la GTL, le tableau électrique, le panneau de contrôle et le coffret de communication d’une marque identique pour vous faciliter l’installation.

Les propriétés du câble en cuivre

By Evolution des normes

 

Pour l’installation électrique de votre maison, le câble en cuivre apparaît effectivement comme indispensable. C’est ce câble qui va vous servir pour le raccordement de votre maison à votre borne en début de votre habitation notamment, mais également pour le raccordement de votre matériel électrique comme les prises Hager, les interrupteurs Céliane ou encore vos appareils ménagers tel que le four.

 Il est utilisé pour le raccordement électrique de votre habitation

Lorsque votre habitation doit être raccordée à la borne en limite de votre propriété, le câble idéal est en général le cuivre rigide R02V. Il dispose d’une gaine noire pour le protéger, et vous devrez également ajouter une gaine pour l’enterrer. Il est souvent demandé en section de 2X25mm² ou en section de 2X35mm², ceci suivant la puissance totale en ampère ou en kilowatts de votre installation électrique qui sera raccordée à un disjoncteur d’abonné de marque General Electric par exemple. Le cuivre est conseillé grâce à sa très bonne conductivité électrique. Vous pouvez également utiliser du câble en aluminium pour des longueurs importantes grâce à son poids plus léger, mais la section de votre câble électrique devra être augmentée.

 Il peut être vendu avec ou sans la terre

La différence entre un câble électrique disposant ou non de la terre est assez simple à remarquer dans sa désignation. En effet, un câble dont la désignation est R02V2 X 35mm² par exemple est sans la terre, et un câble de section R02V3 G 10mm² par exemple est avec la terre. Le G signifie donc que votre câble électrique dispose de la terre, et dans l’exemple du 3G10, de deux conducteurs. Ce câble de terre est normalisé et est de couleur vert/jaune. Le conducteur neutre est bleu, et le conducteur phase peut être rouge, marron ou noir suivant les câbleries.

 Il peut être vendu sans gaine : le cuivre nu

Le câble en cuivre peut aussi être commercialisé nu, sans gaine pour le protéger. Il vous servira alors à faire la mise en terre de votre installation, de relier à la terre votre installation électrique. Le câble cuivre nu résiste à la corrosion. Il respecte la norme NF C15-100. C’est ainsi que vous aurez dans votre habitation des prises électriques dites 2P+T, c’est-à-dire 2 pôles + la terre pour l’habitat, et par exemple des prises électriques 3P+T pour le tertiaire.

 

 Les différentes sections les plus utilisées

Le câble en cuivre peut également avoir une utilisation domestique. On va ainsi le retrouver pour brancher votre matériel électrique, avec du câble souple ou rigide, appelé parfois fil électrique suivant la section du câble.

On retrouve donc le 1.5mm² pour un circuit de 5 prises maximum, l’équivalence de 16 ampères pour le disjoncteur.

Le câble électrique de section 2.5mm² est lui utilisé pour un circuit de 8 prises maximum ou pour le chauffage électrique, ce qui correspond à du 20 ampères.

Nous avons ensuite le 6mm² de section qui va être lui utilisé pour votre four ou les plaques de cuisson. L’équivalence en ampères est de 32A.

A partir d’une section de 10mm², de 16mm², de 25mm² ou encore du 35mm², il sera utilisé pour le raccordement électrique de votre maison comme vu précédemment.

 

Les fiches ERP

By Evolution des normes

Depuis le 1er janvier 2016, tous les produits de ventilation ou de climatisation sont soumis à la directive ERP (venant de l’anglais Energy Related Products).

Cette directive est une réglementation européenne. Elle indique sur une fiche normalisée les performances énergétiques et acoustiques, ainsi que le niveau d’efficacité des produits des gammes mentionnées ci-dessus.

Vous trouverez ci-dessous un exemple de fiche ERP pour la VMC Hygrocosy d’Atlantic.

7

Au premier janvier 2016, tous les produits de ventilation ou de climatisation dont la consommation d’énergie à un impact pendant leurs cycles de vie sont concernés par cette règlementation.

Les produits ne respectant pas les seuils de performances minimums imposés par l’Union Européenne ne peuvent plus être vendus depuis le 1er janvier 2016. Cette loi incite à réduire les émissions de CO2 et les consommations d’énergie primaires, et incite à augmenter l’efficacité énergétique et encourager la fabrication écologique.

Les étiquettes énergétiques qui accompagnent les produits classent les produits de A+++ (meilleure classe énergétique) à G. Tous les produits doivent également être conformes à la règlementation CE. Plus votre produit se rapproche du vert ou du A, plus celui-ci est performant énergiquement et acoustiquement. Ce qui veut dire qu’il consomme le moins d’énergie possible pour son type et possède un bon rendement énergétique global.

Grâce à ses informations et le code couleur repris sur toutes les étiquettes énergétiques, le client remarque en un coup d’œil le produit le plus performant dans la gamme voulue, et qui polluera moins également.

Tout sur la fiscalité sur les travaux de rénovation électrique et domotique

By Evolution des normes

 

La réduction des dépenses énergétiques est l’une des grandes priorités de l’État. Compte tenu de cette politique, il accorde des subventions pour les travaux de rénovation qui sont inscrits dans ce cadre, notamment la rénovation électrique et domotique.

electrician-1206468_960_720Aides, crédit d’impôt, réduction TVA pour l’installation domotique

La domotique englobe tous les travaux qui visent à l’amélioration du rendement énergétique d’une habitation, de l’amélioration du maintien à domicile des personnes âgées, à l’amélioration de la sécurité d’un logement. Ainsi, pour tout logement à usage d’habitation, en résidence secondaire ou principale, de plus de 2 ans, et si l’installation du matériel a été effectuée par un professionnel agréé, l’installation domotique permet de bénéficier de diverses aides, de réduction de TVA et de crédit d’impôt.
Pour connaître les détails sur les critères d’éligibilités qui permettent de profiter de ces avantages, il est nécessaire de consulter un courtier crédit immobilier comme sur cette page. Mais d’une manière générale, les aides octroyées proviennent d’abord de l’agence nationale de l’habitat (ANAH). Les travaux bénéficiant d’une aide concernent notamment les travaux de rénovation thermique, l’adaptation du logement au vieillissement, ainsi que l’adaptation du logement au handicap. Ces aides rentrent dans le cadre d’un programme de réhabilitation appuyé par l’État, à travers les Régions et les communes. La durée de ces aides se fait pour une durée variant de 3 à 5 ans. C’est la nature des travaux engagés et les ressources du ménage qui définissent le montant des subventions qui seront accordées.
Mis à part ces aides, la réalisation de tels travaux permet aussi de bénéficier d’une réduction fiscale, conformément au Code général des impôts. Selon les conditions précisées dans le CGI, la réduction de la TVA peut être de 5,5 ou de 10 %. Ainsi, comme il est précisé par la législation, la réduction d’impôt de 10 % concerne les travaux de transformation, d’amélioration, d’aménagement et d’entretien. Sont exclus, les travaux d’amélioration de la qualité énergétique qui, sous conditions, se verront appliquer la réduction de 5,5 %. D’une manière générale, pour bénéficier de ce taux de 5,5 %, les travaux doivent être éligibles au crédit d’impôt pour la transition énergétique.

À propos du crédit d’impôt pour la transition énergétique

fiscalite-elecLe crédit d’impôt est apparu pour la première fois en 2010, sous l’appellation de crédit d’impôt développement durable. Ce n’est qu’à la suite d’une réforme effectuée en 2014 qu’il a pris l’appellation de crédit d’impôt pour la transition énergétique ou CITE. Ce dernier applique un taux fixe de 30 % qui concerne tous les travaux éligibles, dont la liste peut être consultée auprès d’un courtier credit immobilier.
En réalité, le CITE est une subvention octroyée par l’État qui vise à pousser les consommateurs à réaliser des travaux de rénovation et d’aménagement, qui permettent de réduire les dépenses énergétiques.

Ainsi, quels que soient les travaux réalisés, tant qu’ils sont éligibles au CITE, ceux-ci bénéficieront du même taux de 30 %. Il est à noter que le crédit d’impôt prend la forme d’un chèque du Trésor public.

Installation électrique pour une maison ancienne : que savoir ?

By Evolution des normes

Selon les statistiques, on récence en France un foyer sur trois exposé à une installation électrique dangereuse. Sont concernés par cela les maisons construites il y a plus de 30 ans, soit avant 1996. Si vous vivez une maison équipée d’une installation électrique assez ancienne, il est vivement conseillé de mettre aux normes ceci car les risques sont bien réels : électrocution, incendie domestique et décharges électriques.

La mise en conformité de l’installation électrique

Pour mettre en conformité une installation électrique, il est impératif de faire appel à un professionnel. Réussir l’installation nécessite deux étapes cruciales :

  • Le diagnostic

Vérification par un professionnel uniquement de l’état de l’installation électrique : branchements du tableau, vérification qu’aucune prise n’est en contact avec la terre. Ce n’est qu’après ce constat que l’électricien déterminera les réparations et/ou installations à faire. Comparer les devis est très conseillé à ce moment-là pour choisir l’offre la moins chère et surtout la plus adaptée à vos besoins.

  • La rénovation ou la mise en norme du réseau conformément à la NF C 15-100

Selon le devis choisi, l’ensemble des rénovations peut coûter cher. Pour alléger les frais, l’électricien a parfois recours aux services d’un échéancier en rénovation.

La mise en sécurité

Après les travaux de rénovation, il est important de prendre en compte les cinq principales dispositions qui permettent de réduire au maximum les risques électriques pour la maison et les personnes qui y vivent. Ce sont :

  • La présence d’un disjoncteur ou d’un autre dispositif différentiel
  • La présence d’un disjoncteur de protection contre les surintensités liées à la puissance des appareils utilisés ou stabilisateur
  • La présence d’une liaison équipotentielle dans chaque localité disposant une salle d’eau (douche, baignoire, cuisine)
  • La mise sous protection ou de préférence l’élimination de tous les éléments sous-tension pouvant causer des risques aux contacts directs (bornes accessibles, fils dénudés, appareillages détériorés) par des moulures, des plinthes ou des conduits.

Dans tous les cas, il est toujours prudent de signaler toutes nouvelles installations électriques à la maison, notamment pour les systèmes d’alarme comme sur Telsud.com. Les dispositifs de sécurité ne font pas partie des obligations de l’assurance habitation, mais cette précaution pourrait être exigée si l’habitat est exposé à des risques.

Ce qu’exige 2016 sur les installations électriques

L’autoconsommation énergétique est un objectif crucial du gouvernement cette année. Qu’est-ce que cela impliquerait ? D’après les prévisions, une hausse des factures d’énergie est la réalité que doit faire face les français en 2016. Pour éviter de payer trop cher, la solution est que chaque ménage devienne lui-même producteur de la majorité d’énergies dont auront besoin les habitants. Les énergies renouvelables solaires ou éoliennes sont les plus performantes dans ce cas, mais le choix dépend des besoins de chaque foyer.

Loi sur les détecteurs de fumée, quels changements ?

By Evolution des normes

A partir du 8 mars 2015, il va devenir obligatoire de disposer d’au moins un détecteur de fumée dans un logement d’habitation. Cette obligation est un « arrêté du 5 février 2013 relatif à l’application des articles R. 129-12 à R. 129-15 du code de la construction et de l’habitation », qui a été publié dans le journal officiel le 14 mars 2013.

Pourquoi cette obligation ?

Ces détecteurs de fumée sont obligatoires car on recense chaque année environ 800 morts dus à un incendie dans une habitation. Ces incendies mortels ayant lieu en particulier la nuit, le détecteur aura pour mission de réveiller les personnes avec son signal sonore dès qu’il détectera de la fumée.
Pour les malentendants, il existe des détecteurs de fumée avec vibrations, ou encore faisceaux lumineux lors de la détection de fumée.
image01

Qui est concerné par cet arrêté ?

Cet arrêté concerne les locataires comme les propriétaires.
En effet, si vous êtes propriétaires, vous devez équiper vos logements loués de détecteurs de fumée, comme le détecteur de fumée Delta Dore DOFX KEL071240, ou alors rembourser vos locataires pour cet achat.
Les bailleurs doivent équiper tous leurs appartements en détecteurs de fumée.
Le locataire devra quant à lui assurer l’entretien des appareils ainsi que son remplacement en cas de panne.

Comment installer ces détecteurs de fumée ?

Au moins un détecteur de fumée doit être présent dans chaque logement, même s’il est conseillé d’en poser un à chaque étage.
Celui-ci doit être installé dans un lieu de circulation ou dans un couloir amenant aux chambres. Il doit être en hauteur, loin des murs et de toutes sources de chaleur ou vapeur.
Si les chambres sont équipées d’appareils électriques, il est également conseillé d’en installer un dans chaque pièce.
Les détecteurs peuvent être branchés sur secteur, avec une batterie incorporée ou à piles. Dans ce dernier cas, il doit avoir une autonomie d’au moins un an.
Les détecteurs Hager TG522A KEL075984 ont une autonomie de 10 ans, et les détecteurs de fumée Hager TG520A KEL001379 une autonomie de 5 ans.
Les détecteurs de fumée ne doivent pas être installé dans les parties communes afin d’éviter que les habitants se réfugient dans les parties communes, d’où proviennent la fumée.

image02

Comment prévenir mon assurance de l’installation ?

Une fois l’installation de vos détecteurs faite dans les conditions ci-dessus, il est conseillé d’envoyer une attestation à son assureur.
Voici un exemple d’attestation : « Je soussigné (nom, prénom de l’assuré), détenteur du contrat n° (numéro du contrat de l’assuré) atteste avoir installé un détecteur de fumée normalisé au (adresse de l’assuré) conforme à la norme NF EN 14604. »

Chaque logement devra donc être équiper d’un détecteur avant le 8 mars 2015, et celui-ci devra respecter la norme NF EN 14604, comme ceux que nous proposons.